Referendum / Référendum - Kingston2018Vote

Go to content

Main menu:

Referendum / Référendum

Theodor Herzl, Der Judenstaat: “I also hold a settling of questions by the referendum to be an unsatisfactory procedure, because there are no simple political questions which can be answered merely by Yes and No. The masses are also more prone even than Parliaments to be led away by heterodox opinions, and to be swayed by vigorous ranting. It is impossible to formulate a wise internal or external policy in a popular assembly.”

Theodor Herzl, Der Judenstaat: «Je considère également qu'un règlement des questions par le référendum est une procédure insatisfaisante, car il n'y a pas de questions politiques simples auxquelles on ne peut répondre que par oui ou non. Les masses sont également , et se laisser influencer par de vigoureux rituels. Il est impossible de formuler une politique interne ou externe judicieuse dans une assemblée populaire.»
Peter Emerson, From Majority Rule to Inclusive Politics: “In Europe after the Dark Ages, a little modesty prevailed and, from London to Moscow, citizens at all levels of society believed in the divine right of kings. We now know that right was wrong. In like manner, in years to come, people may well look back and regard, not so much the underlying principle behind the right of majority rule, but the practice of basing such rule on the majority vote, as being a fundamentally flawed interpretation of a true democracy.”

Peter Emerson, From Majority Rule to Inclusive Politics: «En Europe, après l'âge sombre, un peu de modestie a prévalu et, de Londres à Moscou, les citoyens à tous les niveaux de la société croyaient au droit divin des rois. Nous savons maintenant que ce droit était faux. De même, dans les années à venir, les gens pourraient bien regarder en arrière, non pas le principe sous-jacent du droit à la majorité, mais la pratique consistant à fonder cette règle sur le vote majoritaire comme une interprétation fondamentalement erronée vraie démocratie».
Referendum: Vote "No"

“Are you in favour of using Ranked Ballot Voting to elect the Mayor and District Councillors in the City of Kingston?” “Yes,” or, “No.”

The Municipal Elections Act was amended in 2016 to give municpalities the option of using either the current system of plurality voting or ranked ballot voting for mayors and councillors.

Why does this become a referendum question?

Campaigns have been underway in the United Kingdom, in the United States, and in Canada, (by the Ranked Ballot Initiative of Toronto and by Unlock Democracy), to change the ways in which votes are counted.

A group decision might be determined by popular consensus, with a majority winning any vote in a “yes” or “no” situation. When democratic elections are conducted, with more than two political parties or more than two candidates, it is quite possible that none of the candidates, receives a majority of the votes. According to the people advocating a ranked ballot, the failure of any candidate to win an absolute majority, (50% plus 1), casts doubts on the legitimacy of an election. When a candidate only receives a fraction of the vote and wins, people may complain that there was no consensus, as most of the ballots were for opposing candidates.

In some places, if none of the candidates receive a majority of the votes, additional run-off elections are conducted until one of the candidates gets that majority. Conducting multiple elections can be expensive and time-consuming. Thus, a ranked ballot allows a voter to make additional choices so that a majority-winning candidate is determined in a single election.

The ranked ballot may sound like a perfect solution to doubtful elections, when only side of the referendum question is explained. When the current method of “plurality” voting is repeatedly identified only as “first-past-the-post” voting, it is obvious that there's a bias in favour of the new choice. If the “ranked ballot” was repeatedly identified as “eliminating-the-least-popular,” “elimination tournament,” or “diminishing choices” voting, its advocates might complain of its unfair denigration. “First-past-the-post” might determine the winner in a horse race; but, it is not a proper identification of the “plurality” voting system, (and, RaBIT, Wynne's Liberals, and Kingston's bureaucrats know that).

Does the ranked ballot referendum really promote democracy?

No, it's really not meant to, (in my opinion).

City Council could have already voted to adopt ranked ballot voting, (as the City of London, Ontario, did, without giving its voters any choice); instead, with a referendum, City Council offers its voters an opportunity to make its adoption appear legitimate. Unless a majority of eligible voters in this election approve, or disapprove, of ranked ballot voting, the referendum will not be binding; and, City Council can make whatever choice it wants, even if the majority of voters say “no.” In the municipal election of 2014, a referendum was conducted on whether or not to allow a casino to be located in Kingston; a majority of voters chose “no,” (11,580 voted “yes,” and 23,607 voted “no”); but, ultimately, City Council decided the question, (also voting “no”), as less than 39% of the eligible voters cast a ballot in the referendum.

If ranked ballot voting is so good, then why is it only offered for elections for mayors and councillors, and not for school trustees, in municipal elections? And, not offered in provincial elections?

I could only guess that political parties in Ontario would strongly object to having ballots cast for their candidates re-counted as votes for candidates in a different political party. Subsidies paid by the Ontario government, in 2017, (based upon the number of votes each party received), amounted to: $5,055,097 to the Liberals, $4,091,895 to the Conservatives, $3,104,757 to the NDP, and $630,637 to the Greens. In a municipal election, in Ontario, candidates are not nominated nor selected by political parties, thus, no subsidy is paid “per vote” for them. And, school trustees? Who really cares about their vote counts in provincial legislation, (RaBIT and Wynne's Liberals obviously ignored that matter)?


At what cost does the boast of a “majority” winner cost?

A municipal election in Kingston may now cost about $600,000, ($552,105 in 2014, and $148,751 for the 2017 Countryside district byelection). It had been estimated by City staff that the additional cost for ranked-balloting software, extra election workers, the counting of ballots, and determination of the vote counts would add about $250,000 to $300,000 to the cost of a municipal election. This would be incurred even if only one district of the City of Kingston had three nominated candidates. Each ballot cast in the 2017 Countryside byelection cost an average $64, with the current plurality voting system; but, a ranked ballot in this byelection would have cost much more, as would every future election and byelection.

Should Kingston voters be stuck with plurality voting?

No. In my opinion, the ranked ballot system is a flawed system trying to fix a flaw in plurality voting. If there is a real problem with electing mayors and councillors in Kingston, there are much better ways to promote voting in municipal elections and to encourage democracy.

Switching from a plurality voting system to a ranked ballot system is an expensive way to provide the illusion of an “absolute majority” vote count to a winning candidate, by eliminating other candidates from the ballot and redistributing votes to secondary choices.

Ballots improperly marked are eliminated. Ballots without additional choices are not counted, if the candidate voted for has been eliminated. Declined and spoiled ballots are not counted. No provision is made for a “None of the Above” choice on a ballot. Ranked ballots are about perpetuating an illusion of a successful election, (and disregarding any dissention).

In his book On Liberty, (1859), John Stuart Mill warned “in political speculations 'the tyranny of the majority' is now generally included among the evils against which society requires to be on its guard.”

Americans criticized Ralph Nader's presidential bid in 2000, as the Green Party candidate, claiming that Al Gore didn't win in Florida or New Hampshire, (where Nader got more votes that the Democrats needed to have won in those states). George W. Bush won the 2000 presidential election, only by winning both Florida and New Hampshire in their Electoral College system. Neither the Republican nor Democratic parties won a majority of the popular vote for their presidential candidates in 2000, in 1996, nor in 1992. In Canada, voters don't get a ballot for their choice of a prime minister.

Much of the problem with modern democracies is the reduction in choices and eliminating voter rights. For recent examples, in the Ontario leaders debate, in 2014 and in 2018, Mike Schreiner, (the Green Party leader), was excluded by the television broadcasters; and, in 2018, CBC News completely ignored the Trillium Party candidate for Kingston and the Islands, Andre Imbeault, in their broadcasts. The news media can easily ignore minor political parties, their candidates, and dissenting protests, with impunity.

Recently, Israel adopted a Nation-State Bill, (which declared Israel to be a Nation-State for Jewish people); and, apart from demoting Arabic from an official language to one with “special status,” many critics claim the new Basic Law is anti-democratic towards Israel's Arabic minority. Recently, India issued a draft list of its citizens, (a National Register of Citizens); but, more than four million people in Assam, (with many Bengali-speaking Muslims), were not included on the list. Having provided documents to show that people and their families lived in India, since 1971, (and were not immigrants from elsewhere), many families are effectively declared “stateless” with no citizenship nor residential rights. When Bill C-37 amended the Canadian Citizenship Act, some children who had a Canadian parent might not be Canadian citizens, and, thus, be stateless. Recently, because of a failed birth registration in 1998, Lucas Veley of Sydenham did not have proper identification, as late as July of 2018. Refusal of citizenship rights, (which includes voting rights), can happen in Ontario, just as it happens elsewhere.

Instead of changing the system of counting ballots, the Ontario government and the City of Kingston should consider ways to encourage greater participation in municipal elections. Many Kingston residents, who are not Canadian citizens but are legal residents, are denied the right to vote in municipal elections. For example, if a parent, who is not a citizen has a child in the public school system, why should they be denied the right to vote for a school trustee? In 2016, San Francisco adopted Proposition N, (a charter amendment to allow non-citizen parents or guardians to vote in school board elections, which passed by a vote of 54%). Until 1988, all “British subjects” could vote in Canada, (now, those “British” must be Canadian citizens). More countries extend municipal voting rights to non-citizens than those with ranked ballot systems, (for examples, since 1975, in New Zealand, and, since 1997, in the European Union, under the Convention on the Participation of Foreigners in Public Life at Local Level).

While amendments to the Municipal Elections Act for Third Party Advertisers were supposed to limit the unaccounted political contributions of anonymous donors in political campaigns, it has also brought about more restrictions to how much voters can express their views during an election. Outside of contributing to a candidate's campaign, any advertising and active campaigning on the Internet regarding an election matter might be severely restricted. Want to put up an election sign or website for “better roads,” “reduce property taxes,” or “more French services”? It might only be allowed on your own property, and prohibited anywhere else, without formal registration as a Third Party Advertiser.

If you think a ranked ballot is trendy, (worth a “like” on Facebook), vote Yes for it.

If you wonder if a ranked ballot is an expensive gimmick, I encourage you to vote No.

Ranked ballots will diminish choices among candidates, (reducing vote counts to the most popular candidates). Ranked ballots are more complex, (requiring strategic voting, and eliminating any dissension). Ranked ballots are expensive, (adding considerable costs to vote counting). Ranked ballots may never provide a true count of votes cast for a candidate, (denying figures of the votes originally given to eliminated candidates). Ranked ballots may be adopted even if most voters object to it, (unless a majority of eligible voters say “no,” the referendum results will not be binding on City Council).

Why abandon plurality voting, now? What's the hurry? And why the “first-past-the-post” nonsense?

There's a real need for electoral reform and the promotion of democracy in municipal elections, but there are several other alternatives, (which have not been addressed nor promoted by the bureaucrats).

Tell them, (in this referendum): No. If you don't say it now, your vote may not matter in the future.

Scott Foster

Référendum : Voter « Non »

«Êtes-vous en faveur de l'utilisation du vote par bulletin de vote classé pour élire le maire et les conseillers de district de la ville de Kingston?» «Oui» ou «Non».

La loi sur les élections municipales a été modifiée en 2016 pour donner aux municipalités le choix d'utiliser soit le système actuel de vote à la majorité soit le vote à bulletin secret pour les maires et les conseillers.

Pourquoi est-ce que cela devient une question référendaire?

Des campagnes ont été menées au Royaume-Uni, aux États-Unis et au Canada (dans le Ranked Ballot Initiative of Toronto et de Unlock Democracy) afin de changer la façon dont les votes sont comptabilisés.

Une décision de groupe peut être déterminée par consensus populaire, la majorité remportant un vote dans une situation de «oui» ou de «non». Lorsque des élections démocratiques sont organisées, avec plus de deux partis politiques ou plus de deux candidats, il est fort possible qu'aucun des candidats ne reçoive la majorité des voix. Selon les personnes qui préconisent un vote au scrutin de liste, l’incapacité de tout candidat à obtenir la majorité absolue (50% plus 1) jette un doute sur la légitimité d’une élection. Lorsqu'un candidat ne reçoit qu'une fraction du vote et gagne, les gens peuvent se plaindre de l'absence de consensus, la plupart des bulletins de vote étant destinés à des candidats opposés.

À certains endroits, si aucun des candidats ne remporte la majorité des voix, des élections supplémentaires sont organisées jusqu'à ce que l'un des candidats obtienne la majorité. Mener plusieurs élections peut être long et coûteux. Ainsi, un vote par scrutin permet à l'électeur de faire des choix supplémentaires, de sorte qu'un candidat gagnant de la majorité soit déterminé lors d'une seule élection.

Le bulletin de vote peut sembler être une solution parfaite aux élections douteuses, lorsque seul le côté de la question référendaire est expliqué. Lorsque la méthode actuelle de vote par «pluralité» est identifiée à plusieurs reprises uniquement comme un vote «majoritaire», il est évident qu'il existe un parti pris en faveur du nouveau choix. Si le «bulletin de vote» était à plusieurs reprises identifié comme «éliminant le moins populaire», «tournoi d'élimination» ou «diminuant les choix», ses défenseurs pourraient se plaindre de son dénigrement injuste. «Premier-après-poste» pourrait déterminer le gagnant dans une course de chevaux; mais ce n’est pas une identification correcte du système de vote de «pluralité» (et RaBIT, les libéraux de Wynne et les bureaucrates de Kingston le savent).

Est-ce que le référendum sur le scrutin préférentiel favorise réellement la démocratie?

Non, ce n'est pas vraiment pour (à mon avis).

Le conseil municipal aurait déjà pu voter pour adopter le vote par bulletin de vote (comme l'a fait la ville de London, en Ontario, sans donner le choix à ses électeurs); Au lieu de cela, par référendum, le conseil municipal offre à ses électeurs la possibilité de faire en sorte que son adoption paraisse légitime. À moins que la majorité des électeurs admissibles à cette élection n'approuve ou ne désapprouve le vote par bulletin, le référendum ne sera pas contraignant; et le conseil municipal peut faire tout ce qu'il veut, même si la majorité des électeurs disent «non». Lors des élections municipales de 2014, un référendum a été organisé pour déterminer si un casino devait ou non être situé à Kingston; une majorité d'électeurs a choisi «non» (11,580 ont voté «oui» et 23,607 ont voté «non»); mais, en fin de compte, le conseil municipal a décidé de la question (en votant également «non»), moins de 39% des électeurs éligibles ayant voté lors du référendum.

Si le vote par bulletin de vote est si bon, alors pourquoi est-il offert uniquement pour les élections des maires et des conseillers, et non pour les conseillers scolaires, lors des élections municipales? Et pas offert lors des élections provinciales?

Je ne pouvais que deviner que les partis politiques en Ontario s'opposeraient fortement à ce que les bulletins de vote soient déposés pour que leurs candidats soient reclassés comme des votes pour des candidats appartenant à un autre parti politique. Les subventions versées par le gouvernement de l’Ontario en 2017 (selon le nombre de voix reçues par chaque parti) se sont élevées à: $5,055,097 aux libéraux, $4,091,895 aux conservateurs, $3,104,757 aux NPD et $630,637 aux le Parti vert. Lors d'une élection municipale, en Ontario, les candidats ne sont ni nommés ni choisis par les partis politiques. Par conséquent, aucune subvention ne leur est versée «par vote». Et les commissaires d'école? Qui se soucie vraiment de leur nombre de votes dans les lois provinciales (RaBIT et les libéraux de Wynne ont de toute évidence ignoré cette question)?


A quel prix coute-t-il la victoire d'un gagnant «majoritaire»?

Une élection municipale à Kingston peut maintenant coûter environ $600,000 ($552,105 en 2014 et $148,751 pour l'élection partielle du district rural de 2017). Le personnel de la Ville a estimé que le coût additionnel du logiciel de vote par scrutin, du personnel électoral supplémentaire, du dépouillement des bulletins de vote et du décompte des voix ajouterait environ $250,000 à $300,000 aux élections municipales. Cela se produirait même si un seul district de la ville de Kingston avait trois candidats nommés. Chaque bulletin de vote émis lors des élections partielles de 2017 à la campagne coûte en moyenne $64, avec le système actuel de vote par pluralité. mais un vote par scrutin dans cette élection partielle aurait coûté beaucoup plus cher, de même que chaque élection et élection partielle futures.

Les électeurs de Kingston devraient-ils se contenter d'un vote de pluralité?

Non. À mon avis, le système de vote par scrutin de liste est un système défectueux qui tente de corriger une faille dans le vote de pluralité. S'il y a un réel problème avec l'élection des maires et des conseillers à Kingston, il existe de bien meilleurs moyens de promouvoir le vote aux élections municipales et d'encourager la démocratie.

Passer d'un système de vote multiple à un système de vote par scrutin est un moyen coûteux de donner l'illusion d'un décompte de vote à la «majorité absolue» à un candidat gagnant, en éliminant les autres candidats et en redistribuant les votes aux choix secondaires.

Les bulletins mal marqués sont éliminés. Les bulletins de vote sans choix supplémentaire ne sont pas pris en compte, si le candidat voté a été éliminé. Les bulletins refusés et nuls ne sont pas comptés. Aucune disposition n’est prise pour un choix «Aucun des candidats» sur un bulletin de vote. Les bulletins de vote classés visent à perpétuer l'illusion d'une élection réussie (sans tenir compte de toute dissension).

Dans son livre De la liberté (1859), John Stuart Mill a mis en garde «dans les spéculations politiques  la tyrannie de la majorité est maintenant généralement incluse parmi les maux contre lesquels la société exige d'être vigilante».

Les Américains ont critiqué la candidature présidentielle de Ralph Nader en 2000, en tant que candidat du Parti vert, affirmant qu'Al Gore n'avait pas gagné en Floride ou au New Hampshire (où Nader avait obtenu plus de voix que les démocrates avaient dû gagner dans ces pays). George W. Bush a remporté l'élection présidentielle de 2000 en remportant à la fois la Floride et le New Hampshire dans leur système de collège électoral. Ni les partis républicains ni les partis démocrates n’ont remporté la majorité du vote populaire pour leurs candidats à la présidence en 2000, en 1996, ni en 1992. Au Canada, les électeurs n’ont pas le droit de voter pour leur choix de Premier ministre.

Une grande partie du problème avec les démocraties modernes est la réduction des choix et l’élimination des droits des électeurs. Pour des exemples récents, dans le débat des dirigeants ontariens en 2014 et en 2018, Mike Schreiner (le chef du Parti vert) a été exclu par les télédiffuseurs; et en 2018, CBC News a complètement ignoré le candidat de Trillium Party pour Kingston et les Îles, Andre Imbeault, dans leurs émissions. Les médias peuvent facilement ignorer les partis politiques mineurs, leurs candidats et les protestations dissidentes en toute impunité.

Récemment, Israël a adopté un projet de loi sur l'État-nation (qui a déclaré qu'Israël était un État-nation pour le peuple juif); et, outre le fait de rétrograder l'arabe d'une langue officielle à une langue à «statut spécial», de nombreux critiques affirment que la nouvelle loi fondamentale est antidémocratique envers la minorité arabe d'Israël. Récemment, l’Inde a publié un projet de liste de ses citoyens (un registre national des citoyens); mais plus de quatre millions de personnes à Assam (avec de nombreux musulmans de langue bengali) n’ont pas été inclus dans la liste. Ayant fourni des documents pour montrer que des personnes et leurs familles vivaient en Inde depuis 1971 (et n'étaient pas des immigrants d’ailleurs), de nombreuses familles sont effectivement déclarées "apatrides" sans citoyenneté ni droits de résidence. Lorsque le projet de loi C-37 a modifié la Loi sur la citoyenneté canadienne, certains enfants ayant un parent canadien ne sont peut-être pas citoyens canadiens et sont donc apatrides. Récemment, Lucas Veley, de Sydenham, n’a pas été dûment identifié en juillet 2018 en raison d’un enregistrement de naissance échoué en 1998. Le refus des droits de citoyenneté (y compris le droit de vote) peut se produire .

Au lieu de changer le système de dépouillement, le gouvernement de l'Ontario et la ville de Kingston devraient envisager des moyens d'encourager une plus grande participation aux élections municipales. De nombreux résidents de Kingston, qui ne sont pas des citoyens canadiens mais sont des résidents légaux, se voient refuser le droit de vote aux élections municipales. Par exemple, si un parent, qui n’est pas citoyen, a un enfant dans le système scolaire public, pourquoi devrait-on lui refuser le droit de voter pour un administrateur scolaire? En 2016, San Francisco a adopté la proposition N (modification de la charte visant à permettre aux parents ou tuteurs non citoyens de voter lors des élections des conseils scolaires, qui ont voté à 54%). Jusqu'en 1988, tous les «sujets britanniques» pouvaient voter au Canada (maintenant, ces «britanniques» doivent être des citoyens canadiens). De plus en plus de pays accordent le droit de vote municipal aux non-citoyens que ceux qui ont un système de vote par correspondance (par exemple depuis 1975 en Nouvelle-Zélande et depuis 1997 dans l’Union européenne dans la Convention sur la participation des étrangers à la vie publique au niveau local).

Bien que les amendements à la loi sur les élections municipales pour les Third Party Advertisers soient censés limiter les contributions politiques non comptabilisées des donateurs anonymes dans les campagnes politiques, cela a également entraîné davantage de restrictions quant à la capacité des électeurs à exprimer leurs opinions lors des élections. En dehors de la contribution à la campagne d'un candidat, toute publicité et campagne active sur Internet concernant une question électorale pourrait être sévèrement limitée. Vous voulez mettre en place un panneau ou un site Web électoral pour «meilleures routes», «réduire les taxes» ou «plus de services français»? Il ne peut être autorisé que sur votre propre propriété, et interdit ailleurs, sans inscription officielle en tant que Third Party Advertiser.

Si vous pensez qu'un bulletin de vote classé est à la mode, (ça vaut le bouton «j'aime» à Facebook), votez oui pour cela.

Si vous vous demandez si un bulletin de vote classé est un gadget coûteux, je vous encourage à voter non.

Les bulletins de vote classés réduiront les choix entre les candidats (réduire le nombre de votes aux candidats les plus populaires). Les bulletins de vote classés sont plus complexes (nécessitant un vote stratégique et éliminant toute dissension). Les bulletins de vote classés coûtent cher (en ajoutant des coûts considérables au comptage des votes). Les bulletins de vote classés ne peuvent jamais fournir un décompte exact des suffrages exprimés pour un candidat (en refusant les chiffres des votes initialement attribués aux candidats éliminés). Les bulletins de vote classés peuvent être adoptés même si la plupart des électeurs s'y opposent (sauf si la majorité des électeurs éligibles disent «non», les résultats du référendum ne seront pas contraignants pour le conseil municipal).

Pourquoi abandonner le vote à la pluralité, maintenant? Qu'est-ce qui est pressé? Et pourquoi l'absurdité du «premier-après-poste»?

Il y a un réel besoin de réforme électorale et de promotion de la démocratie lors des élections municipales, mais il existe plusieurs autres alternatives (qui n'ont pas été abordées ni promues par les bureaucrates).

Dites-leur (dans ce référendum): «Non». Si vous ne le dites pas maintenant, votre vote n’aura peut-être pas d’importance dans le futur.

Scott Foster



 
Copyright 2018. All rights reserved.
Back to content | Back to main menu