Issues / Questions - Kingston2018Vote

Go to content

Main menu:

Issues / Questions

OpenKingston.ca

OpenKingston.ca is a non-partison group promoting voter awareness in Kingston. They have also raised a number of issues and asked the candidates on their position regarding: affordable housing as a top priority, innovation and job creation as a top priority, ranked ballot voting, limiting downtown buildings to 6 to 9 stories (the Official Plan already limits them to 10 stories, but, meaningless, when City Council consistently fails to vote against plans for taller building, the Ontario Municipal Board approves them on appeals), the Green home retrofit program (cancelled by the Ontario government), introduce a Basic Income program (cancelled by the Ontario government), and implement Active Transportation (bike and walking paths and bus transport).

Visit their website, (only in English), at: http://openkingston.ca

OpenKingston.ca est un groupe non partison qui fait la promotion de la sensibilisation des électeurs à Kingston. Ils ont également soulevé un certain nombre de questions et ont posé aux candidats leur position concernant le logement abordable en tant que priorité absolue, l’innovation et la création d’emplois comme priorité absolue, le vote par scrutin préférentiel, limiter les bâtiments du centre-ville à 6 à 9 étages (le Plan officiel les limite déjà à 10 histoires, mais si le conseil municipal ne parvient pas à voter contre les projets de construction de plus grands bâtiments, la Commission des affaires municipales de l'Ontario les approuve en appel), introduire un programme de revenu de base (annulé par le gouvernement de l'Ontario), le programme de rénovation de la maison Verte programme (annulé par le gouvernement de l’Ontario), et mettre en œuvre le Transport actif (pistes cyclables, sentiers pédestres et transport par autobus).

Visitez leur website (seulement en anglais), à l'adresse : http://openkingston.ca

Zoning for Marijuana Businesses

According to the recent plan announced on the Ontario government, recreational cannibis (marijuana) will be sold on-line starting on October 17 and will allow its sale by private retailers starting on April 1, 2019.


On October 21, 2015, I sent an e-mail to all the members of Kingston's City Council urging them to consider adopting a marijuana bylaw or the amendment of several bylaws, before its legalization. Vancouver had already adopted bylaws to regulate the production, sale, and zoning requirements of any marijuana business, (for example mandating a “300 meter” distance from any school, community centre, or residential neighbourhood). Only Councillor Rob Hutchison responded: “Interesting. I have forwarded your e-mail to the By-law Dept. for consideration. I would only point out that we as yet are a long way away from decriminalization and/or legalization and municipal responses will be significantly dictated by federal considerations.”

City Council has apparently not begun to amend Kingston's Official Plan to regulate the zoning of marijuana businesses. In April, Kingston was announced as one of the locations for the Ontario government's Ontario Cannabis Stores, at the Riocan Centre, at 770 Gardiners Road. In July, the location of Kingston's two new French-language secondary schools (to open in 2020) was announced, at the site adjacent to the Riocan Centre, at 700 Gardiners Road.


If locating two high schools next door to a marijuana retail outlet was not intentional, would you seek to amend Kingston's Official Plan to restrict businesses producing or selling recreational marijuana to a minimum distance of “300 meters” from any school, community centre, or residential neighbourhood, before next April?

Municipal candidates are invited to respond “Yes” or “No.”

Yes: David Dossett, Mary Rita Holland, Jordan Morelli, Joy Morning, Vicki Schmolka.

No: Chris Ball.

Zonage pour les entreprises de marijuana

Selon le récent plan annoncé sur le gouvernement de l’Ontario, les cannibis récréatifs (marijuana) seront vendus en ligne à compter du 17 octobre et permettront leur vente par des détaillants privés à compter du 1 er avril 2019.


Le 21 octobre 2015, j'ai envoyé un courriel à tous les membres du conseil municipal de Kingston pour les inviter à adopter un règlement sur la marijuana ou à modifier plusieurs règlements avant sa légalisation. Vancouver avait déjà adopté des règlements pour réglementer les exigences de production, de vente et de zonage de toute entreprise de marijuana (par exemple, exiger une distance de «300 mètres» de toute école, centre communautaire ou quartier résidentiel). Seul le conseiller Rob Hutchison a répondu: «Intéressant. J'ai envoyé votre courriel au département des règlements pour examen. Je soulignerai seulement que nous sommes encore loin de la décriminalisation et / ou de la légalisation et que les réponses municipales seront dictées par des considérations fédérales».

Le conseil municipal n'a apparemment pas commencé à modifier le plan officiel de Kingston pour réglementer le zonage des entreprises de marijuana. En avril, on a annoncé que Kingston était l’un des endroits où se trouvaient les magasins de cannabis de l’Ontario, au Centre Riocan, au 770 Gardiners Road. En juillet, l'emplacement des deux nouvelles écoles secondaires francophones de Kingston (dont l'ouverture est prévue en 2020) a été annoncé sur le site adjacent au Centre Riocan, au 700 Gardiners Road.


Si la localisation de deux écoles secondaires à côté d’un point de vente de marijuana n’était pas intentionnelle, chercheriez-vous à modifier le Plan officiel de Kingston pour restreindre les entreprises qui produisent ou vendent de la marijuana à une distance minimale de «300 mètres» de toute école, centre communautaire ou quartier résidentiel, avant avril prochain?

Les candidats municipaux sont invités à répondre «Oui» ou «Non».

Oui: David Dossett, Mary Rita Holland, Jordan Morelli, Joy Morning, Vicki Schmolka.

Non: Chris Ball.


Vision Zero


Can the number of traffic accident deaths really be reduced to “zero” in five years, in ten years, or twenty years? The advocates of the Vision Zero program keep changing their numbers, because their promises about road safety simply are not true.


According to the Toronto Globe and Mail, the numbers of traffic deaths in Toronto continues to rise, since it adopted its Vision Zero program, (which promises all traffic deaths will end by 2021).


"Toronto’s road safety program, Vision Zero, is a failure."


The original idea was to design new roadways to avoid traffic conflicts that lead to fatal accidents. It began in Sweden, in 1997, with building better roads, fixing older roads, and reducing speed limits. The campaign spread across Europe and around the world, with its promise to eliminate traffic fatalities entirely. Last year, traffic deaths in Sweden had been reduced to half the number in 1997, (down to 270 from 541); so, the “zero” target date has been changed from 2020 to 2050.


Are bad roads really to blame for most traffic fatalities?


Let's consider one accident, near Armley, Saskatchewan, last April 6th.


Sixteen people were killed and thirteen were injured, when a truck didn't stop at a flashing stop sign. That sign had been installed at the intersection of Highways 35 and 335, after an accident there, in 1997, resulted in six deaths.


While the RCMP wouldn't say what had happened, and while the news media focussed its attention on the Humboldt Broncos, a simple examination of physics at the accident scene reveals the truck didn't stop at the flashing stop sign, and the bus (travelling about the speed limit) struck the first of two trailers, broadsiding it. It took three months, (July 6), before the RCMP laid any charges against the truck driver, (after reconstructing the accident, analyzing more than five thousand photographs of the scene, and interviewing fifty witnesses). Few traffic accidents receive this much attention from police. And, Ontario is the only province that requires truck driver training for its licenses.


When a Kingston Transit bus struck a parked car, last October 18, stopped, and then continued away from the scene of the accident, no one suggested the condition of Kingscourt Avenue or the speed limit was to blame. The Kingston Transit supervisor told the car's owners: “Don't worry about it. This happens all the time.” No charges were laid against the bus driver by Kingston Police.


https://globalnews.ca/news/3816970/kingston-family-frustrated-after-they-say-bus-crashed-into-their-parked-car-and-takes-off/


Seventeen days later, (November 3), Andrew Serres was crossing Leroy Grant Drive at the intersection with John Counter Boulevard, when he was struck and killed by a Kingston Transit bus. Kingston Police charged the bus driver with failure to yield to a pedestrian. No one blamed the accident on the condition of the roadway, the crosswalk, or the speed limit.


https://globalnews.ca/news/3852820/kingston-police-charge-city-bus-driver-following-death-of-pedestrian/


In one of Kingston's Get Involved surveys, regarding Vision Zero, I wrote: “Considering that a City bus has already killed a pedestrian, on November 3rd, the City might spend more of its attention on making the streets safe, instead of promoting this program and survey.” What had Vision Zero done, before the fatal accident? Three workshops, an open house, billboard advertising, and the start of an online survey.


The City responded: “Vision Zero is a 20 year plan that aims to achieve zero fatalities, zero injuries and zero collisions of any type with vulnerable road users such as pedestrians, cyclists and motorcyclists.  The draft short-term goal of the plan will be that over the next five years (2019 to 2023), at least a 10% reduction in fatal and injury collisions involving any type of road user and at least a 10% reduction in collisions with vulnerable road users such as pedestrians, cyclists and motorcyclists.” The City has approved $139,895 for a road safety plan, (based on Vision Zero), and will set up a Road Safety Advisory Group.


What Vision Zero ignores is a very important statistic. In 2014, over fifty-five percent of traffic fatalities in Canada, (1,273 out of 2,297), were due to a vehicle's driver being under the influence of alcohol, drugs, or both. Also, the Traffic Safety Unit of the Kingston Police only consists of six constables and one sergeant for the entire City; so, wouldn't make more sense to focus on the actual enforcement of traffic regulations, than the “visioning” of the Vision Zero program?


I'll ask the candidates: What is your priority, (given one choice, not both): putting more police into Traffic Safety, (increasing the Kingston Police budget), or maintaining the Vision Zero program, (funded from the Working Reserve)?


More Traffic Safety constables: Andre Imbeault, Vicki Schmolka.


Vision Zero program: Mary Rita Holland.


Vision Zéro


 

Le nombre de décès dus à des accidents de la route peut-il vraiment être réduit à «zéro» dans cinq ans, dans dix ans ou dans vingt ans? Les défenseurs du programme Vision Zéro continuent de changer leur nombre, car leurs promesses en matière de sécurité routière ne sont sont simplement pas vraies.

Selon le
Globe and Mail de Toronto, le nombre de décès à la circulation à Toronto continue d’augmenter depuis qu’il a adopté son programme Vision Zéro (qui promet de mettre fin à tous les décès à le trafic d’ici 2021).

«Le programme de sécurité routière de Toronto, Vision Zéro, est un échec»

L'idée de départ était de concevoir de nouvelles routes pour éviter les conflits de circulation entraînant des accidents mortels. Il a commencé en Suède en 1997 avec la construction de meilleures routes, la réparation de routes plus anciennes et la réduction des limitations de vitesse. La campagne s'est répandue en Europe et dans le monde entier, avec la promesse d'éliminer complètement les accidents de la route. L'année dernière, le nombre de décès dus à la circulation en Suède avait été réduit de moitié en 1997 (il était passé de 541 à 270); ainsi, la date cible «zéro» a été modifiée de 2020 à 2050.

Les mauvaises routes sont-elles vraiment responsables de la plupart des accidents de le trafic?

Considérons un accident, près d'Armley, en Saskatchewan, le 6 avril dernier.


Seize personnes ont été tuées et treize blessées lorsqu'un camion ne s'est pas arrêté à un panneau d'arrêt clignotant. Ce panneau avait été installé à l’intersection des autoroutes 35 et 335, après un accident survenu en 1997, qui a fait six morts.

Alors que la GRC ne disait pas ce qui s'était passé et que les médias se concentraient sur les Humboldt Broncos, un simple examen de la physique sur les lieux de l'accident révèle que le camion ne s'est pas arrêté (voyageant à propos de la limite de vitesse) a frappé la première de deux remorques, en élargissant celle-ci. Il a fallu trois mois (6 juillet) pour que la GRC dépose une plainte contre le camionneur (après avoir reconstruit l’accident, analysé plus de cinq mille photographies de la scène et interviewé cinquante témoins). Peu d'accidents de le trafic reçoivent autant d'attention de la part de la police. De plus, l'Ontario est la seule province qui exige un entraînement de camionneur pour ses permis.

Le 18 octobre dernier, lorsqu'un autobus de Kingston Transit a heurté une voiture garée, s'est arrêté et s'est ensuite éloigné du lieu de l'accident. Personne n'a suggéré que la condition de l'avenue Kingscourt ou la limite de vitesse était à blâmer. Le superviseur de Kingston Transit a dit aux propriétaires de la voiture: «Ne vous en faites pas. Cela arrive tout le temps». La Kingston Police n'a porté aucune accusation contre le chauffeur de bus.

https://globalnews.ca/news/3816970/kingston-family-frustrated-after-they-say-bus-crashed-into-their-parked-car-and-takes-off/

Dix-sept jours plus tard, le 3 novembre, Andrew Serres traversait la promenade Leroy Grant à l'intersection du boulevard John Counter, lorsqu'il a été frappé et tué par un autobus du Kingston Transit. La Kingston Police a accusé le chauffeur de l'autobus de ne pas céder à un piéton. Personne n'a accusé l'accident de l'état de la chaussée, du passage pour piétons ou de la limitation de vitesse.

https://globalnews.ca/news/3852820/kingston-police-charge-city-bus-driver-following-death-of-pedestrian/

Dans l’un des sondages Get Involved de Kingston, au sujet de Vision Zéro, j’ai écrit: «Considérant qu’un bus de ville a déjà tué un piéton, le 3 novembre, la Ville pourrait consacrer plus d’attention à la sécurité des rues et enquête». Qu'est-ce que Vision Zéro a fait avant l'accident mortel? Trois ateliers, un meeting publique, la publicité par panneau d'affichage et le début d'une enquête en ligne.

La Ville a répondu: «Vision Zéro est un plan sur 20 ans qui vise à atteindre zéro décès, zéro blessure et aucune collision de tout type avec les usagers de la route vulnérables, tels que les piétons, les cyclistes et les motocyclistes. L'ébauche de l'objectif à court terme du plan sera qu'au cours des cinq prochaines années (2019 à 2023), au moins 10% des collisions mortelles et traumatiques impliquant n'importe quel type d'usager seront réduites et au moins 10% moins de collisions avec les usagers de la route vulnérables, tels que les piétons, les cyclistes et les motocyclistes». La Ville a approuvé un plan de sécurité routière de $139,895 (basé sur Vision Zéro) et créera un Groupe consultatif sur la sécurité routière.

Ce que Vision Zéro ignore est une statistique très importante. En 2014, plus de cinquante-cinq pour cent des accidents de la route au Canada (1,273 sur 2,297) étaient attribuables au fait que le conducteur d'un véhicule était sous l'influence de l'alcool, de drogues ou des deux. En outre, le Groupe de la sécurité routière de la Kingston Police ne comprend que six gendarmes et un sergent pour l’ensemble de la ville.  Ainsi, il ne serait pas plus logique de se concentrer sur la mise en application réelle des règles de le trafic, que la «visioning» d'un programme Vision Zéro?

Je demanderai aux candidats: Quelle est votre priorité,
(donné un choix, pas les deux): mettre davantage de policiers dans la sécurité routière (augmentation du budget de la police de Kingston) ou maintenir le programme Vision Zéro (financé par la réserve de travail)?


Plusieurs gendarmes de la sécurité routière: Andre Imbeault, Vicki Schmolka.


Vision Zéro: Mary Rita Holland.





Affordable Housing


Is there enough “affordable housing” in Kingston?


Yes, there is, (if one has a high-income).


There's a big difference between “affordable housing” and “social housing.” Someone earning over $100,000 can readily find rental accommodation that is “affordable.” Someone who is surviving on Ontario Works, the Ontario Disability Support Program, or government welfare and pensions may not find many of the available apartments “affordable” in Kingston: $730 per month studio apartment (1% vacancy rate), a $975 per month one bedroom, (0.6% vacancy rate), or a $1,715 per month three-bedroom, (0.3% vacancy rate), according to CMHC, in 2017. The average rent for a one-bedroom apartment in downtown Kingston is over $1,168, presently, (well beyond the $384 shelter allowance provided by Ontario Works for a single person).


The student population at Queen's University and high-income earners will benefit from a number of major building projects. Over 1,100 multi-residential units in these projects have been appealed to the Ontario Municipal Board; and, the vacancy rate for the rental market has fallen from 2.6%, (in October of 2016), to 0.7%, (in October of 2017).


What about “social housing,” (which is rent-geared-to-income)?


In 2017, the City provided support for 9 affordable units at Dawn House, (965 Milford Drive), 8 affordable units at 28 Wright Crescent, and 6 affordable units at 35 Lyons Street. Another 10 units are being constructed via Habitat for Humanity, of which 4 affordable units were building lots at 297 Gore Road. In 2018, another 10 affordable units will be at 645 Brock Street and another 8 affordable units at 720 Princess Street, (when their construction in completed). The 10-Year Municipal Housing & Homelessness Plan, (updated in 2013, on page 5), set a target of “1700 new affordable housing units built over the next ten years”; but, from 2011 to 2014, less than 150 affordable housing units were “created,” (sometimes only by subsidizing rents for existing apartments to 80% of their usual rent).


https://www.cityofkingston.ca/documents/10180/13880/10Year_HousingHomelssness_Plan.pdf/2498b02e-6832-4250-95fc-6372b2bfc490


There are 941 eligible households on the waitlist for a bachelor or one-bedroom unit, (according to the 2017 Housing and Homelessness Report of the City of Kingston and County of Frontenac), and the “approximate wait times” are 5 to 8 years. For a two-bedroom unit, there are 185 eligible households with an approximate wait time of 2 to 5 years. Only 185 of the eligible households, (out of 1,303), were housed in 2017.


Meanwhile, at the Association of Municipalities of Ontario's annual conference, Kingston's deputy mayor Laura Turner, was promoting the expansion of Kingston's airport and a dock for cruise ships, at meetings with the new provincial government.


“We're trying to grow the cruise ship industry. I would really like us to be put on the forefront. A lot of people are cruising.” Laura Turner is not seeking re-election as councillor for the Lakeside District.


Airport, deepwater harbour Kingston's top issues at AMO  (Whig-Standard, August 21)


One might wonder where the real priorities are in the Strategic Priorities for City Council?


https://www.cityofkingston.ca/documents/10180/22990022/COU_A0218-18006.pdf/764ec816-71bd-4530-9bd7-f5c6343ff214


On one hand, giving four empty lots to Habitat for Humanity for the token price of $1, and identifying them as 4 “affordable” housing units in 2017.


On the other hand, City Council has approved a negotiation to purchase the wharf at 1 Queen Street, (which had been re-zoned for a hotel in 2003), as well as a plan to spend $500,000 for dredging the harbor to allow a few of the larger cruise ships to dock there, (near the downtown core, instead of a bus ride from the government-owned Coal Dock).


Once the high-rise apartments and condominiums are built, and while more cruise ship tourists can disembark at a downtown dock, (perhaps, by 2020), more than a thousand Kingston families will remain on the waiting list for “social housing.” “Affordable housing" is completely meaningless to them. “Affordable housing” is defined as 80% of the CMHC average monthly rent; and, in Kingston, with its “landlord's market” with the lowest vacancy rate in Ontario, people with low-incomes pay a disproportionate amount of their income for rent, (12% of the Kingston population pay 70% or more of the income for rent).


I'll ask the candidates: Would you make “social housing” for low-income families, (not “affordable housing”), a priority in the City's budget with a plan to actually build a minimum of “200 new units” each year during the next four years? Yes, or no. (If you wish to add a more elaborate answer to your reply, I would gladly provide a link to your election website.)


Yes: Carly Francke, Andre Imbeault, Jordan Morelli, Vicki Schmolka.


No:   .


Logements Abordables


Y a-t-il suffisamment de «logements abordables» à Kingston?

Oui, il y en a (si l'on a un revenu élevé).

Il existe une grande différence entre «logement abordable» et «logement social». Une personne qui gagne plus de $100,000 peut facilement trouver un logement «abordable». Une personne qui survit au programme Ontario au travail, au Programme ontarien de soutien aux ne trouvent pas beaucoup d'appartements disponibles «abordables» à Kingston: $730 par mois en studio (1% de taux d'inoccupation), $975 par mois, une chambre (0.6% de taux d'inoccupation), ou $1,715 par mois en trois chambres (0.3 % de taux d'inoccupation, selon la SCHL, en 2017. Le loyer moyen d'un appartement d'une chambre au centre-ville de Kingston est actuellement supérieur à $1,168 (bien au-delà de l'allocation de logement de $384 offerte par Ontario au travail).

La population étudiante de l'Université Queen's et les personnes à revenu élevé bénéficieront d'un certain nombre de projets de construction majeurs. Plus de 1,100 unités multi-résidentielles dans ces projets ont fait l'objet d'un appel auprès de la Commission des affaires municipales de l'Ontario, et le taux de vacance sur le marché locatif est passé de 2.6% (en octobre 2016) à 0.7% (en octobre 2017).

Qu'en est-il du
«logement social» (qui correspond au loyer indexé sur le revenu)?


En 2017, la Ville a fourni un soutien à 9 logements abordables à Dawn House (965 Milford Drive), à 8 logements abordables situés au 28 Wright Crescent et à 6 logements abordables au 35 Lyons Street. Dix autres unités sont en construction via Habitat pour l’humanité, dont 4 unités abordables construisent des terrains au 297 Gore Road. En 2018, 10 autres logements abordables seront situés au 645 Brock Street et 8 autres logements abordables au 720 Princess Street (lorsque leur construction sera terminée). Le Plan décennal pour le logement et l'itinérance dans les municipalités (mis à jour en 2013, à la page 5), visait «1,700 nouveaux logements abordables construits au cours des dix prochaines années»; mais, de 2011 à 2014, moins de 150 logements abordables ont été «créés» (parfois uniquement en subventionnant les loyers des appartements existants à 80% de leur loyer habituel).


https://www.cityofkingston.ca/documents/10180/13880/10Year_HousingHomelssness_Plan.pdf/2498b02e-6832-4250-95fc-6372b2bfc490

Il y a 941 ménages admissibles sur la liste d'attente d'un baccalauréat ou d'un logement d'une chambre (selon le rapport de 2017 de Kingston et du comté de Frontenac sur le logement et l'itinérance) et les «temps d'attente approximatifs» sont de 5 à 8 ans. Pour un logement de deux chambres à coucher, 185 ménages admissibles ont un temps d'attente approximatif de 2 à 5 ans. Seuls 185 des ménages éligibles (sur 1,303) ont été hébergés en 2017.

Pendant ce temps, lors de la conférence annuelle de l'Association des municipalités de l'Ontario, la mairesse adjointe de Kingston, Laura Turner, faisait la promotion de l'agrandissement de l'aéroport de Kingston et d'un quai pour les navires de croisière lors de réunions avec le nouveau gouvernement provincial.
 


«Nous essayons de faire croître l'industrie des navires de croisière. Je voudrais vraiment que nous soyons au premier plan. Beaucoup de gens croisent». Laura Turner ne cherche pas à être réélue conseillère du district de Lakeside.

Aéroport, port en eau profonde les principaux enjeux de Kingston à AMO (Whig-Standard, 21 août)


On peut se demander où sont les véritables priorités dans les priorités stratégiques du conseil municipal?

https://www.cityofkingston.ca/documents/10180/22990022/COU_A0218-18006.pdf/764ec816-71bd-4530-9bd7-f5c6343ff214


D'une part, donner 4 lots vides à Habitat pour l’humanité pour le prix symbolique de $1, et les identifier comme 4 unités de logement «abordables» en 2017.

Par ailleurs, le conseil municipal a approuvé une négociation en vue de l’achat du quai du 1 Queen Street (qui a été redéfini pour un hôtel en 2003) et prévoit de dépenser $500,000 pour le dragage des navires de croisière les plus importants qui s'y accostent (près du centre-ville, au lieu d'un trajet en bus depuis le quai de charbon appartenant à gouvernement).

Une fois que les tours d'habitation et les condominiums auront été construits et que davantage de touristes en croisière pourront débarquer dans un quai du centre-ville (peut-être en 2020), plus d'un millier de familles de Kingston resteront sur la liste d'attente des «logements sociaux». Des logements abordables sont complètement dénués de sens pour eux. «Logement abordable» est défini comme 80% du loyer mensuel moyen de la SCHL; et,
à Kingston, avec le «marché des propriétaires» où le taux d'inoccupation est le plus bas en Ontario, les personnes à faible revenu paient un montant disproportionné de leur revenu pour le loyer (12% de la population de Kingston paie 70% ou plus du revenu).

Je demanderai aux candidats: Feriez-vous un «logement social» pour les familles à faible revenu (pas un «logement abordable»), une priorité du budget de la Ville avec un plan pour construire un minimum de «200 nouvelles unités» chaque année au cours des quatre prochaines années? Oui ou non. (Si vous souhaitez ajouter une réponse plus élaborée à votre réponse, je fournirais volontiers un lien vers votre website électoral.)


Oui: Carly Francke, Andre Imbeault, Jordan Morelli, Vicki Schmolka.


Non:   .

Filming Incentives


What was said about Kingston's film industry in the Hollywood Reporter?


Tourism Kingston's second quarterly report for 2018, (covering its “Activity Highlights” from April thru June), states: “The Kingston Film Office and production incentives were announced to more than 350 industry professionals at the Queen’s Film & Media Alumni Reception in Toronto. Attendees included Producers, Directors, and Studio Heads etc. and was covered by The Hollywood Reporter.”


https://www.cityofkingston.ca/documents/10180/28831779/City-Council_Meeting-20-2018_Report-18-346_Q2-Tourism-Kingston.pdf


The only mention of Kingston, Ontario, in the Hollywood Reporter, that I've found is in Etan Vlessing's article “Inside Ontario's Awards Season Success: 'It's Nice to See Oscar Make Himself at Home Here'


“They’re also ramping up production in Kingston, whose market square dates to 1788 and where a Victorian penitentiary that closed in 2013 was reopened to allow the Netflix miniseries Alias Grace, based on a Margaret Atwood novel about a convicted murderer, to shoot inside.


“Says film officer Alex Jansen: 'Kingston has among the best architecture you’ll find in the country.'”


That's nice, but is that the “true story”? Or, the Hollywood Reporter version?


The Market Square was redeveloped in 2004 and 2005 and no longer resembles the shoreline plot of land designated in 1811 as a local market place. The oldest building in the Market Square Heritage Conservation District is the Prince George Hotel, (first built in 1817, but extensively renovated in the 1890s with the addition of a third floor).


Sarah Polley's production of Alias Grace used Kingston Pentitentiary and the Former Warden's Residence, during the filming of the mini-series in May of 2017.


The Hochelaga Inn has recently been added to the Location Library of the Ontario Media Development Corporation, (as a place available for shooting a film in Kingston), in 2018.


Yet, what are the “various initiatives” and  “production incentives” (if any) offered to filmmakers in Kingston? Or, does one need to attend a Queen's Alumni reception in Toronto to discover them?


Let's consider the facts. Apart from some promotional videos supposedly shot for the Writer's Fest and for the Multicultural Arts Festival, (the latter being a 48-second video with only 10 views on YouTube), there isn't much of a film industry in Kingston, (if all that's being produced are commercials and promotional videos).


https://www.youtube.com/watch?v=BJycYLjYHiM


The City of Kingston Arts Fund, (via the Kingston Arts Council), in 2018, has only provided grants to the Kingston Canadian Film Festival and the Reelout Queer Film Festival.


http://www.artskingston.ca/wp-content/uploads/2018/07/2018CKAFRecipients_PressRelease_11Jul2018.docx.pdf


What initiatives and incentives are really available to anyone shooting a film in Kingston?


Is Kingston a “Film Friendly City,” as promoted by Tourism Kingston?


To shoot a film project anywhere in Kingston, which involves City property or facilities, (not including student's films, home videos for personal use, sports activities, and news footage), one must obtain a Film Permit from the Kingston Film Office. The City's Film Policy requires every production company, (large and small), to provide a certificate of insurance with $5 million of liability coverage, with any Film Permit application.


At the City Council's meeting of December 6, 2016, the following amendments were adopted, (without any opposing votes):


“In addition, the City reserves the right to review all film and advertising scripts and, acting reasonably, reject any Film Permit Application.”  


“The following is a guideline for security deposits. These amounts may be adjusted based on the nature of the production and at the discretion of the City Film Liaison:  


“City Hall or other major City Property and protected heritage properties - $10,000  


“City roads, parks, community centres and arenas - $5,000”


The Film Policy, adopted in 2014, already stipulated:


“In those situations where a Film Project will be located on private property but City Property is being used to facilitate the Film Project, for example – a Production Company vehicle parking on City Property, the Production Company will need to request a Film Permit from the City.”


Brent Nurse, the Kingston producer of the film 21 Brothers and others, asked why he'd need a Film Permit simply to transport his camera in his personal car.


“Mr. Nurse spoke to the requirement for production vehicles to be issued a Location Filming Vehicle Permission Card. He explained that his personal vehicle serves as his production vehicle and questioned if there is a requirement to have a permit to film on private property.”


https://www.cityofkingston.ca/documents/10180/12458778/ADP_0716-Minutes.pdf


For a large production company shooting feature films “on location” in Kingston, insurance certificates and security deposits may not cause anymore than an accountant's inconvenience; but, for a small film production company, these requirements are costly, (even prohibitive), for small film projects.


It is ridiculous that a small production company shooting on private property must obtain a Film Permit from the Kingston Film Office, simply because someone belonging to its crew or one of its actors parks their car on a City street or in a City parking lot? Does any other city require a $5 million insurance certificate and “script approval” simply because someone belonging to a film production parks somewhere on a public street? And, the Kingston Film Office wants “script approval” before a Film Permit is issued?


If a Third Party Advertiser wanted to produce a promotional video in Kingston during a municipal election, (using any City facility or in a City park), a Film Permit would be required. The cost of an insurance certificate has been estimated to cost in a range from $700 to $1200 and a “security deposit” of $5,000 would be required, (according to the policy's guidelines). Considering that the spending limit for a Third Party Advertiser, in Kingston, during this 2018 municipal election, is only $9,286.90, over 60 percent of that budget would be needed simply to apply for a Film Permit. The security deposit, (by itself), for any Film Permit involving the City Hall, another major City property (for example, at Norman Rogers Airport), or protected heritage properties, (for example, at the national historic site of the Martello Tower in Macdonald Park), would exceed the budget of any Third Party Advertiser, and, thus, be prohibitive.  


Kingston's Film Policy would need to be reviewed, (with serious consideration its current requirements for small film projects), before Kingston could really be considered a “Film Friendly City.”


I will ask the City Council candidates: Considering that Tourism Kingston's second quarterly report for 2018 shows a “metric” of only 15 permits in the first half of 2018, (34% of its goal) for its Film Office, and that no “production incentives” have been publicly announced, (only said to exist in the Hollywood Reporter and in Tourism Kingston's report), would you vote for a full review of Kingston's Film Policy so as to provide less burdensome requirements upon small film projects applying for a Film Permit?  Yes, or No. And, would you make any Film Office initiatives and incentives publicly available to all Kingston film producers, (not restricted to film festival and Queen's University activities)? Yes, or No.


Full review of Kingston's Film Policy, (Yes): Rob Matheson, Chris Morris, Vicki Schmolka.


No:   .


Filming incentives publicly available, (Yes): Rob Matheson, Chris Morris, Vicki Schmolka.


No:   .



Incitatifs au Tournage

Qu'est-ce qui a été dit à propos de l'industrie cinématographique de Kingston dans le
Hollywood Reporter?

Le deuxième rapport trimestriel de Tourism Kingston pour 2018 (couvrant ses «faits saillants» d’avril à juin): «Le Kingston Film Office et les incitatifs à la production ont été annoncés à plus de 350 professionnels de l’industrie lors de la réception des anciens Queen's Film & Media à Toronto. Les participants comprenaient des producteurs, des réalisateurs et des chefs de studio, et ont été couverts par le
Hollywood Reporter.


https://www.cityofkingston.ca/documents/10180/28831779/City-Council_Meeting-20-2018_Report-18-346_Q2-Tourism-Kingston.pdf


La seule mention de Kingston, en Ontario, dans le Hollywood Reporter, que j'ai trouvée dans l'article d'Etan Vlessing: «La réussite de la saison de Inside Ontario: «C'est bien de voir Oscar se faire à la maison»».


«Ils ont également augmenté leur production à Kingston, dont la place du marché remonte à 1788 et où un pénitencier victorien qui a fermé en 2013 a été rouvert pour permettre à la mini-série Netflix Alias Grace, tirée d'un roman de Margaret Atwood sur un meurtrier reconnu».

«L’agent de cinéma Alex Jansen a déclaré: «Kingston possède l’une des meilleures architectures du pays»».

C'est bien, mais est-ce la «vraie histoire»? Ou la version Hollywood Reporter?
 


La place du marché a été réaménagée en 2004 et 2005 et ne ressemble plus à la parcelle de terre désignée en 1811 comme un marché local. Le plus ancien bâtiment du quartier de conservation du patrimoine de Market Square est l'hôtel Prince George (construit en 1817, mais largement rénové dans les années 1890 avec l'ajout d'un troisième étage).

La production de Sarah Polley,
Alias Grace, a utilisé le Pentitentiary de Kingston et l'ancienne résidence des gardes de parc lors du tournage de la mini-série en mai 2017.

Le Hochelaga Inn a récemment été ajouté à la bibliothèque de localisation de la Société de développement de l'industrie des médias de l'Ontario (en tant que lieu de tournage à Kingston) en 2018.

Cependant, quelles sont les «diverses initiatives» et les «incitations à la production» (le cas échéant) offertes aux cinéastes de Kingston? Ou faut-il assister à une réception des anciens de Queen's à Toronto pour les découvrir?

Considérons les faits. En dehors de certaines vidéos de promotion censées avoir été tournées pour le Writer's Fest et pour le Multicultural Arts Festival (ce dernier étant une vidéo de 48 secondes avec seulement 10 vues sur YouTube), il n’ya pas beaucoup d’industrie cinématographique à Kingston (si ce sont des publicités et des vidéos promotionnelles).

https://www.youtube.com/watch?v=BJycYLjYHiM

En 2018, le Fonds des arts de la ville de Kingston (par l’intermédiaire du Conseil des arts de Kingston) n’a octroyé que des subventions au Festival du film canadien de Kingston et au Festival du film queer reelout.
 


http://www.artskingston.ca/wp-content/uploads/2018/07/2018CKAFRecipients_PressRelease_11Jul2018.docx.pdf


Quelles initiatives et mesures incitatives sont vraiment disponibles pour quiconque tourne un film à Kingston?

Est-ce que Kingston est une
«ville amicale du film», telle que promue par Tourism Kingston?

Pour filmer un projet de film n'importe où à Kingston, y compris les propriétés ou les installations de la ville (sans compter les films d'étudiants, vidéos personnelles à usage personnel, activités sportives, et reportages), il faut obtenir un permis de cinéma. Office du film de Kingston. La Politique cinématographique de la Ville exige que chaque société de production (grande ou petite) fournisse un certificat d’assurance avec une couverture de $5 millions avec toute demande de permis de film.

Lors de la réunion du conseil municipal du 6 décembre 2016, les amendements suivants ont été adoptés (sans vote contraire):

«De plus, la Ville se réserve le droit d’examiner tous les scénarios de films et de publicité et, en agissant de manière raisonnable, de rejeter toute demande de permis de film.»

«Ce qui suit est un guide pour les dépôts de garantie. Ces montants peuvent être ajustés en fonction de la nature de la production et à la discrétion de la City Film Liaison:»

«Hôtel de ville ou autre grande propriété de la ville et propriétés patrimoniales protégées - $10,000»

«Routes municipales, parcs, centres communautaires et arénas - $5,000»

La Politique cinématographique adoptée en 2014 stipulait déjà:

«Dans les situations où un projet de film sera situé sur une propriété privée, mais que la propriété de la ville est utilisée pour faciliter le projet de film, par exemple un parking pour véhicules de production sur la propriété de la ville, la société de production devra demander un Ville."

Brent Nurse, le producteur de Kingston du film
21 Brothers et d’autres films, a demandé pourquoi il avait besoin d’un permis de film simplement pour transporter sa caméra dans sa voiture personnelle.

«M. Nurse a parlé de la nécessité que les véhicules de production reçoivent une carte d'autorisation de véhicule de tournage. Il a expliqué que son véhicule personnel lui servait de véhicule de production et s’est demandé s’il était nécessaire d’avoir un permis pour filmer sur une propriété privée».

https://www.cityofkingston.ca/documents/10180/12458778/ADP_0716-Minutes.pdf

Pour une grande société de production, le tournage de longs métrages «sur place» à Kingston, les certificats d'assurance et les dépôts de garantie peuvent ne pas causer plus qu'un inconvénient d'un comptable; mais, pour une petite société de production cinématographique, ces exigences sont coûteuses (voire prohibitives) pour les projets de petits films.

Il est ridicule qu’une petite société de production tirant sur une propriété privée doive obtenir un permis de cinéma auprès du bureau de Kingston, simplement parce que son équipage ou l’un de ses acteurs stationne sa voiture dans une rue ou dans un parking de la ville? Est-ce qu'une autre ville exige un certificat d'assurance de $5 millions et une «approbation de script» simplement parce que quelqu'un appartenant à un parc de production de films se trouve quelque part dans une rue publique? Et le Kingston Film Office veut une «approbation de script» avant la délivrance d’un permis de film?


Si un tiers annonceur souhaitait produire une vidéo promotionnelle à Kingston lors d'une élection municipale (dans n'importe quelle installation de la ville ou dans un parc municipal), un permis de film serait requis. Le coût d'un certificat d'assurance a été estimé entre $700 et $1,200 et un «dépôt de garantie» de $5,000 (selon les directives). Étant donné que la limite de dépenses pour un tiers annonceur, à Kingston, lors des élections municipales de 2018, est de seulement $9,286.90, plus de 60% de ce budget est simplement nécessaire pour demander un permis de cinéma. Le dépôt de garantie (par lui-même) pour tout permis de film impliquant l'hôtel de ville, une autre propriété majeure de la ville (par exemple, l'aéroport Norman Rogers) ou des biens patrimoniaux protégés (par exemple, lieu historique national de la tour Martello dans le parc Macdonald), dépasserait le budget de tout annonceur tiers et serait donc prohibitif.

La Politique cinématographique de Kingston devrait être révisée (en prenant sérieusement en compte ses exigences actuelles pour les projets de petits films), avant que Kingston puisse vraiment être considérée comme une «ville amicale du film».

Je demanderai aux candidats du conseil municipal: Considérant que le deuxième rapport trimestriel de Tourism Kingston pour 2018 montre une «métrique» de seulement 15 permis au premier semestre de 2018 (34% de son objectif) pour son office de cinéma, incitations »ont été annoncées publiquement (seulement dans le rapport de
Hollywood Reporter et dans le rapport de Tourism Kingston), voteriez-vous pour une révision complète de la politique cinématographique de Kingston afin de satisfaire aux exigences les plus Oui ou non Et voudriez-vous mettre à la disposition de tous les producteurs de films de Kingston des initiatives et des incitatifs à l'Office du film (non limités aux festivals de cinéma et aux activités de l'Université Queen's)? Oui ou non.


Examen complet de la Politique cinématographique de Kingston, (Oui): Rob Matheson, Chris Morris, Vicki Schmolka.


Non:   .

Encouragements au tournage accessibles au public, (Oui): Rob Matheson, Chris Morris, Vicki Schmolka.

Non:   .


Drainage Bylaw


At two all-candidates meetings, the matter of a Drainage bylaw was raised.


Under the Common Law, an owner may use water that comes into his property and may let it drain into a natural watercourse, and the neighboring owner may either accept water or not accept it. For example, the downspout of a neighbor's roof could be used to water another neighbor's garden; however, water flowing from an alley, patio or pool could flood a neighbor's yard and basement if it is not properly drained to a sewer or a ditch. Sections 10, 11, 96, and 142 of the Municipal Act allow municipal councils to pass by-laws that may address drainage and water problems.


“One bylaw that the City of Kingston does not have is a Drainage Bylaw, as for example exists in the City of Ottawa.


“Which means that, where drainage issues arise between adjacent properties the City has no ability to enforce its own requirements, such as those under the Building Code which state[s]:


“No property owner shall allow drainage from their property onto their neighbour's property.


“Since the City cannot enforce this requirement, due to the lack of a Drainage Bylaw, citizens that suffer property damage due to inapproriate drainage from their neighbours' properties, have no recourse other than to sue their neighbours in civil litigationwhich is what the City directs them to do.


“I am looking to find a Councillor who will promote the development of a Drainage Bylaw for the City of Kingston.


“And seek its backing among other councillors and City Staff.


“My question to you is:


“Will you encourage the development of a Drainage Bylaw by City Staff to provide for the necessary municipal protection of private property, and thereby alleviate the requirement of civil litigation of one neighbour against another; and endorse its passage through Council?”


The bylaw in Ottawa, “Drainage” (No. 2007-398), authorizes a director of the Public Works and Services Department to inspect properties, order repairs, and cause work to be done. An administration fee of fifteen percent of costs may be levied in addition to the costs for repair work, and penalties for inappropriate drainage onto other properties are bylaw offences, (which would not require civil litigation to be initiated by a complainant at their expense).


https://ottawa.ca/en/drainage-law-no-2007-398


I'll ask the candidates: Would you ask that the Administrative Policies Committee draft a Drainage Bylaw for Kingston, (modeled upon the Drainage bylaws of Ottawa and other Ontario municpalities), and will you vote for its adoption of a Drainage Bylaw for Kingston in the next year?


Yes: Simon Chapelle, Steve France, Rob Hutchison, Rob Matheson, Jordan Morelli, Chris Morris, Lisa Osanic, Vicki Schmolka.


No:   .



Règlement de drainage  


Lors de deux meetings de tous-les-candidats, la question d'un règlement de Drainage a été soulevée.


En vertu de la common law, un propriétaire peut utiliser de l'eau qui entre dans sa propriété et peut la laisser se déverser dans un cours d'eau naturel, et le propriétaire voisin peut soit accepter l'eau, soit ne pas l'accepter. Par exemple, la descente du toit d'un voisin pourrait être utilisée pour arroser le jardin d'un autre voisin; cependant, l'eau qui coule d'une allée, d'un patio ou d'une piscine pourrait inonder la cour et le sous-sol d'un voisin si elle n'est pas correctement drainée vers un égout ou un fossé. Les articles 10, 11, 96 et 142 de la Loi sur les municipalités autorisent les conseils municipaux à adopter des règlements pouvant traiter des problèmes de drainage et d’eau.

«Un règlement municipal que la ville de Kingston ne possède pas est un règlement municipal sur le drainage, comme par exemple dans la ville d’Ottawa.

«Ce qui signifie que, lorsque des problèmes de drainage surviennent entre des propriétés adjacentes, la Ville n’est pas en mesure de faire respecter ses propres exigences, comme celles du Code du bâtiment, qui stipule:
 


«Aucun propriétaire ne doit permettre le drainage de sa propriété sur la propriété de son voisin.

«Comme la Ville ne peut pas faire respecter cette exigence en raison de l’absence de règlement sur le drainage, les citoyens qui subissent des dommages matériels en raison du drainage inopportun des propriétés de leurs voisins n’ont aucun autre recours que de poursuivre leurs voisins en justice civile. les dirige vers faire

«Je cherche un conseiller qui fera la promotion du développement d'un règlement sur le drainage pour la ville de Kingston.

«Et solliciter son soutien auprès des autres conseillers et du personnel municipal.

«Ma question est la suivante:

«Encouragez-vous le développement d’un règlement municipal sur le drainage par le personnel de la ville pour assurer la protection municipale nécessaire de la propriété privée et alléger ainsi l’exigence de poursuites civiles d’un voisin contre un autre; et approuver son passage par le Conseil? »  


Le règlement à Ottawa, intitulé «Drainage» (no. 2007-398), autorise un directeur de la Direction générale des travaux publics à inspecter les propriétés, à faire effectuer les réparations et à faire exécuter les travaux. Des frais administratifs de quinze pour cent des coûts peuvent être perçus en plus des coûts des travaux de réparation, et des pénalités pour un drainage inapproprié sur d'autres propriétés sont des infractions aux règlements (qui ne nécessiteraient pas de poursuites civiles à leurs frais).

https://ottawa.ca/en/drainage-law-no-2007-398


Je demanderai aux candidats: Voulez-vous que le Comité des politiques administratives rédige un règlement sur le drainage pour Kingston (sur le modèle des règlements sur le drainage d’Ottawa et des autres municipalités ontariennes) et voterez pour son adoption d’un règlement sur le drainage à Kingston au cours de l’année prochaine?


Oui: Simon Chapelle, Steve France, Rob Hutchison, Rob Matheson, Jordan Morelli, Chris Morris, Lisa Osanic, Vicki Schmolka.

Non: .




The original sign made by Matthew Bucher in 2015. /

Le signe original réalisé par Matthew Bucher en 2015.


Welcoming Diversity


Who paid for 500 lawn signs to express anti-discrimination and anti-racism in Kingston?


I could only guess that about $5,000 was spent, (at a cost of about $10 per sign); but, by whom? KEDCO, KEYS, the City, Kingston Community Health Centres, or the Kingston Immigration Partnership? They are given away, (free), but I suspect it was paid for by taxes.


The City of Kingston obtained a grant from the Ministry of Citizenship for the amount of $80,010 for an anti-discrimination and anti-racism project called “Change the Conversation.” It is a public awareness campaign, (which means that most of the budget goes to advertising, workshops, surveys, and staff).


In 2016, the City of Kingston continued to provide a “welcome package” to “newcomers” (immigrants and refugees) consisting of transit passes, passes to the Grand Theatre, recreation passes, and museum passes. Of 123 packages, only 91 transit passes and 13 Grand Theatre passes were used. None of the newcomers used their passes to visit the Steam Museum or the MacLachlan Woodworking Museum. As recent immigrants and refugees may have limited incomes, their use of public transit and recreational facilities might be expected to be used, whereas a visit to the distant woodworking museum might not be one of their integration priorities. Nevertheless, bureaucrats must survey and issue reports on the continued need to “welcome” new Kingstonians with strange gifts.


On March 6, 2018, City Council endorsed the “Bonjour Welcome Campaign” and directed staff to implement the program at appropriate City services with L’Association canadienne-francaise de l’Ontario, Conseil régional des Milles-Iles. Only twenty-five businesses and organizations in Kingston participate in this program.


Michele Dubois, executive director of ACFOMI, told City Council: “We don’t want to demand it, we just want to say why not when it’s possible,” (“Group encouraging French language services in Kingston,” Whig-Standard, March 9, 2018). “There are a lot of people who speak French in Kingston, so if it is possible, why not offer the services in French.”  


On April 3, 2018, City Council approved (with no opposing votes) spending $310,000 to for the “beautification project” of the gateway at the intersection of Princess and Division streets, (including $56,000 from the Cultural Services budget). About a third of the budget ($112,500) was new flagpoles to replace the existing three flagpoles on a traffic island with new flagpoles. For several years, one might wonder why the City did not spend any money to replace the wind-tattered Canadian flag, there.


The City of Kingston thus spends a substantial sum of promoting diversity and showing a few flags, but it does a mediocre job at a practical level, (such as traffic signs). Why are its traffic signs unilingual?


Traffic signs in Kingston must conform to the Manual of Uniform Traffic Control Devices for Canada; but, they could be multilingual. In New Brunswick and in Acadian regions in Nova Scotia and Prince Edward Island, both English and French traffic signs are displayed; as they are, in Kingston, at the Royal Military College and at CFB Kingston. Despite its Francophone population and its tourism opportunities, Kingston doesn't. Why not?


I'll ask the municipal candidates: Would you promote the introduction of bilingual (English and French) traffic signs, when adding new signage and when replacing old signs, in Kingston? Yes, or No.


Yes: Rob Matheson, Chris Morris, Vicki Schmolka, Peter Stroud.


No:   .


Do you speak French? Oui, No, or un peu?


Oui: Vincent Cinanni, Louis Cyr, David Dossett, Rob Matheson, Vicki Schmolka, Peter Stroud.


No: Chris Morris.


Un peu:   .



Accueillant la diversité

Qui a payé 500 pancartes pour exprimer son opposition à la discrimination et au racisme à Kingston?

Je ne pouvais que deviner qu’environ $5,000 avaient été dépensés (pour un coût d’environ 10 dollars par panneau); mais par qui? KEDCO, KEYS, la Ville, Kingston Community Health Centres, ou le Kingston Immigration Partnership? Ils sont distribués (gratuitement), mais je suppose que cela a été payé par les taxes.

La ville de Kingston a obtenu une subvention du ministère de la Citoyenneté d'un montant de $80,010 pour un projet de lutte contre la discrimination et contre le racisme appelé «Change the Conversation». Il s'agit d'une campagne de sensibilisation publique, (ce qui signifie que la majeure partie du budget est consacrée à la publicité, aux ateliers, aux enquêtes et au personnel).

En 2016, la Ville de Kingston a continué d'offrir une «trousse de bienvenue» aux «nouveaux arrivants» (immigrants et réfugiés) consistant en des laissez-passer de transport, des laissez-passer pour le Grand Théâtre, des laissez-passer de loisirs et des laissez-passer de musée. Sur 123 forfaits, seuls 91 laissez-passers de transport en commun et 13 laissez-passer au Grand Théâtre ont été utilisés. Aucun des nouveaux arrivants n'a utilisé leur laissez-passer pour visiter le Steam Museum ou le MacLachlan Woodworking Museum. Étant donné que les immigrants et les réfugiés récents peuvent avoir des revenus limités, on peut s’attendre à ce qu’ils utilisent les transports en commun et les installations de loisirs, tandis qu’une visite au musée du travail du bois, situé au loin, pourrait ne pas être l’une de leurs priorités en matière d’intégration. Néanmoins, les bureaucrates doivent enquêter et publier des rapports sur la nécessité persistante d'accueillir les nouveaux Kingstoniens avec des cadeaux étranges.

Le 6 mars 2018, le conseil municipal a approuvé la campagne «Bonjour Welcome» et demandé au personnel de mettre en œuvre le programme dans les services municipaux appropriés avec l’Association canadienne-française de l’Ontario et le Conseil régional des Mille-Îles. Seulement vingt-cinq entreprises et organisations à Kingston participent à ce programme.

Michele Dubois, directrice générale d'ACFOMI, a déclaré au conseil municipal: «Nous ne voulons pas l'exiger, nous voulons simplement dire pourquoi pas quand c'est possible» («Group encouraging French language services in Kingston», Whig-Standard, 9 mars 2018). «Il y a beaucoup de gens qui parlent français à Kingston, alors si c'est possible, pourquoi ne pas offrir les services en français.»

Le 3 avril 2018, le conseil municipal a approuvé (sans vote contraire) dépenser $310,000 pour le «projet d'embellissement» de la porte à l'intersection des rues Princess et Division ($56,000 du budget des services culturels). Le tiers du budget ($112,500) était constitué de nouveaux mâts de drapeau remplaçant les trois mâts existants d'un îlot de circulation par de nouveaux mâts. Pendant plusieurs années, on pourrait se demander pourquoi la ville n’a pas dépensé d’argent pour remplacer le drapeau canadien déchiré par le vent.

La ville de Kingston consacre donc une somme substantielle à la promotion de la diversité et à l’affichage de quelques drapeaux, mais fait un travail médiocre sur le plan pratique (comme des panneaux de signalisation). Pourquoi ses panneaux de signalisation sont-ils unilingues?

Les panneaux de signalisation à Kingston doivent être conformes au
Manuel des dispositifs de signalisation routière uniforme pour le Canada; mais, ils pourraient être multilingues. Au Nouveau-Brunswick et dans les régions acadiennes de la Nouvelle-Écosse et de l'Île-du-Prince-Édouard, des panneaux de signalisation en anglais et en français sont affichés; tels quels, à Kingston, au Collège militaire royal et à la BFC Kingston. Malgré sa population francophone et ses possibilités touristiques, Kingston ne le fait pas. Pourquoi pas?

Je demanderai aux candidats municipaux: Seriez-vous en faveur de l’introduction de panneaux de signalisation bilingues (anglais et français) lors de l’ajout de nouveaux panneaux et lors du remplacement des anciens panneaux, à Kingston?


Oui : Rob Matheson, Chris Morris, Vicki Schmolka, Peter Stroud.


Non :   .


Parle français?


Oui : Vincent Cinanni, Louis Cyr, David Dossett, Rob Matheson, Vicki Schmolka, Peter Stroud.


Non : Chris Morris.


Un peu :   .



HMCS / NCSM Kingston (MM 700)


Cruise Ships & Warships



Would you like to see the Canadian Coast Guard Ship Alexander Henry?


You'll have to travel to Thunder Bay, where it's on display as “the newest tourist attraction to the City of Thunder Bay.”


From 1986 until 2016, The Alexander Henry was docked next to the Marine Museum of the Great Lakes, at 55 Ontario Street, on Kingston's waterfront.  After the federal government sold the property where the Marine Museum was located, Kingston's City Council only considered three options: sell it for scrap, sink it as a wreck for divers to visit, or sell it. It was sold to the Lakehead Transportation Museum Society for $2.


The Marine Museum is now located at 53 Yonge Street; and, its Board of Directors is looking for a new location for its collection.


“The Board of Directors of the MMGLK are committed to re-opening the Marine Museum to the public in Kingston within five years. Our goal is to arise again in a signature building (of the calibre of the Isabel and the Tett) on Kingston’s waterfront. It could be a repurposed heritage building or a custom-built work of modern architecture. To meet the demands of a living collection that is already bursting at the seams, and to accommodate permanent galleries, as well as multi-purpose displays and event use, we will require a footprint of some 2,800 m2 (30,000 ft2), with up to 90 m (200 to 300 ft.) of waterfront dockage to accommodate waterside programming and mooring for a possible new Museum ship.”


https://www.marmuseum.ca/index.php/about-us/vision-2020-25/163-vision-strategy-2020-2025


Twelve Kingston-class coastal defence vessels were built for use as minesweepers and coastal patrols and were launched beginning in 1995. When the Royal Canadian Navy decided not to conduct a mid-life refit, their service life could end in 2020, when replaced by newer Maritime Coastal Defence Vessels, (which are much faster than minesweepers).


What happens to these older warships? They are often broken up for scrap. Only six ships of the Royal Canadian Navy have been preserved as museum ships: CSS Acadia (at Halifax), HMCS Bras D'Or (a hydrofoil, at Est L'islet, Quebec), HMCS Haida (a destroyer, at Hamilton), HMCS Ojibwa (a submarine, at Port Burwell, Ontario), HMCS Onondaga (a submarine, at Rimouski), and HMCS Sackville (a corvette, at Halifax). If the HMCS Kingston (or a more suitable museum ship from the Kingston-class) is paid off, around 2020, City Council should soon be prepared to request that it be sold to the City or the Marine Museum, (rather than to the wrecking yard), in 2020.


https://www.canada.ca/en/navy/services/history/ships-histories/kingston.html


The CCGS Alexander Henry has an overall length of 64 meters, a beam of 13.3 meters, and a draught of 4.9 meters.; and, the HMCS Kingston has an overall length of 55.3 meters, a beam of 11.3 meters, and a draught of 3.4 meters.


Presently, the former Coal Dock, (on Lakewatch Lane, near the end of Heakes Lane), is vacant land, owned by the federal government. It offers a deepwater dock that could also accommodate the large cruise ships, (including the longer MS Hamburg, with some dredging for its draught of 5.15 meters).


https://www.cityofkingston.ca/documents/10180/22171582/COU_A2417-17282.pdf


In 2015, Council's Strategic Priorities 2015-2018 included: “As opportunities continue to unfold, docking facilities for larger cruise type ships may be explored.” City Council declined to purchase the Coal Dock from the federal government, when it was offered for sale, a couple of months later.


https://www.cityofkingston.ca/documents/10180/9710729/COU_A1715-15245.pdf


https://www.toronto.com/news-story/5807807-city-declines-purchase-of-federal-dock-but-eager-to-preserve-public-pathway


Since the dock at 55 Ontario Street was sold to Patry for a residential development, (after the City decided not to purchase it), and, since the Coal Dock is located from the “downtown core,” only the wharf at 1 Queen Street has been recommended by City staff.  


“Other than Crawford Wharf, 1 Queen Street Wharf is the most central to downtown and would provide a positive and pedestrian friendly experience to visitors. Other docks would require visitors to either walk longer distances to the downtown core and/or be bused to the downtown core.”


The Crawford Wharf had been the dock for the Wolfe Island ferry, before it became the berth for local tour and small cruise ships.


The choice of the Queen Street Wharf has been an arbitrary one. It only favours the “downtown core” as being of interest to tourists on a luxury cruise ship.  


The choice of the Queen Street Wharf also overlooks the traffic congestion and limited parking on Ontario Street, (between the La Salle Causeway and Johnson Street). The waterlot adjacent to the property belongs to the federal government and must be purchased. The wharf is privately owned and not not long enough to accommodate the cruise ship MS Hamburg. And, to provide an adequate depth for the larger cruise ships, $500,000 will be spent on dredging, (from the new tourism tax). These tourism taxes are collected from across the whole city, (and not just from businesses benefiting the most from this “downtown core” location).


If any of the tourists from these larger cruise ships want to visit Fort Henry, the Murney Tower, Bellevue House, the Kingston Penitentiary, or the Marine Museum of the Great Lakes, aren't they going to need to “walk longer distances” or to use some other transportation?


The next City Council will need to decide if it wants to launch another expensive tourism project to attract a few thousand passengers from luxury cruise ships to the “downtown core” of Kingston.


And, the next City Council needs to act promptly if it wants to secure its own Canadian warship, a deepwater dock and possible new site for a Marine Museum, that would attract thousands of other tourists, (outside of the downtown core). The last captain and crew lost their icebreaker.


I'll ask the municipal candidates: Would you support, (or continue to support), the tourism project of constructing of a deepwater dock at the Queen Street wharf for large cruise ships?


Yes: Chris Morris.


No:   .


And, would you support a project to acquire the HMCS Kingston (or another Kingston-class ship) and the Coal Dock site for the the Marine Museum of the Great Lakes, (thus replacing their lost museum ship and their location at the Kingston Dry Dock)?


Yes: Chris Morris.


No:   .


Municipal candidates were invited to respond “Yes” or “No” to both questions.




Navires de croisière et navires de guerre

Aimeriez-vous voir le navire de la Garde côtière canadienne Alexander Henry?

Vous devrez vous rendre à Thunder Bay, où il est présenté comme «la plus récente attraction touristique de la ville de Thunder Bay».

De 1986 à 2016, l'Alexander Henry a été amarré à côté du musée de la marine des Grands Lacs, au 55 Ontario Street, dans le secteur riverain de Kingston. Une fois que le gouvernement fédéral a vendu la propriété où se trouvait le Musée de la marine, le conseil municipal de Kingston n'a envisagé que trois options: la vendre à la ferraille, la couler comme une épave pour que les plongeurs puissent la visiter ou la vendre. Il a été vendu à la Lakehead Transportation Museum Society au prix de $2.

Le Musée de la marine est maintenant situé au 53 Yonge Street; et son conseil d'administration est à la recherche d'un nouvel emplacement pour sa collection.

«Le conseil d'administration du MMGLK s'est engagé à rouvrir le musée de la Marine au public à Kingston dans les cinq ans. Notre objectif est de réapparaître dans un édifice de signature (de calibre Isabel et Tett) sur le front de mer de Kingston. Il pourrait s'agir d'un bâtiment du patrimoine réutilisé ou d'une œuvre d'architecture moderne construite sur mesure. Pour répondre aux demandes d’une collection vivante déjà pleine à craquer, et pour accueillir des galeries permanentes, des expositions polyvalentes et l’utilisation pour des événements, nous aurons besoin d’une surface au sol d’environ 2,800 m2 (30,000 pi2), avec 90 m (200 à 300 pieds) de débarcadère au bord de l’eau pour permettre la programmation au bord de l’eau et l’amarrage pour un nouveau navire du Musée.»
 


Les douze navires de défense côtière de classe Kingston ont été construits pour l’utilisation en tant que dragueurs de mines et patrouilles côtières. Ils ont été lancés à partir de 1995. Lorsque la Marine royale canadienne a décidé de ne pas procéder à une remise en état à mi-vie, sa durée de service pourrait prendre fin en 2020. Les navires de défense côtière les plus récents (qui sont beaucoup plus rapides que les dragueurs de mines).

Qu'advient-il de ces anciens navires de guerre? Ils sont souvent brisés pour la ferraille. Seuls six navires de la Marine royale canadienne ont été conservés comme navires-musée: le CSS Acadia (à Halifax), le NCSM Bras D'Or (un hydroptère, à Est L'islet, Québec), le NCSM Haida (un destroyer, à Hamilton), le NCSM Ojibwa (un sous-marin à Port Burwell, en Ontario), le NCSM Onondaga (un sous-marin à Rimouski) et le NCSM Sackville (une corvette à Halifax). Si le NCSM Kingston (ou un navire-musée plus approprié de la classe Kingston) est payé, vers 2020, le conseil municipal devrait bientôt être prêt à demander qu'il soit vendu à la Ville ou au Musée de la marine (plutôt qu'à la destruction). cour), en 2020.

https://www.canada.ca/fr/marine/services/histoire/historiques-navires/kingston.html

Le NGCC Alexander Henry a une longueur totale de 64 mètres, une largeur de 13.3 mètres et un tirant d'eau de 4. mètres; et le NCSM Kingston a une longueur totale de 55.3 mètres, une largeur de 11.3 mètres et un tirant d'eau de 3.4 mètres.
 


À l’heure actuelle, l’ancien quai Coal (situé sur Lakewatch Lane, près de la fin de Heakes Lane), est un terrain vacant appartenant au gouvernement fédéral. Il offre un quai en eau profonde pouvant également accueillir les grands navires de croisière (y compris le plus long MS Hamburg, avec un dragage de 5.15 mètres pour son tirant d'eau).

https://www.cityofkingston.ca/documents/10180/22171582/COU_A2417-17282.pdf/fbe4ff20-d73a-4664-8af1-50434f221491

En 2015, les priorités stratégiques du Conseil pour 2015-2018 étaient notamment les suivantes: «À mesure que les opportunités se multiplient, il est possible d'explorer les installations d'amarrage pour les grands navires de croisière.» Le conseil municipal a refusé d'acheter le quai à charbon du gouvernement fédéral lorsqu'il a été mis en vente quelques mois plus tard.

https://www.cityofkingston.ca/documents/10180/9710729/COU_A1715-15245.pdf

https://www.toronto.com/news-story/5807807-city-declines-purchase-of-feder-dock-but-eager-to-preserve-public-pathway

Depuis que le quai situé au 55 Ontario Street a été vendu à Patry pour un développement résidentiel (après que la Ville n’a pas décidé de l’acheter), et comme le quai Coal est situé dans le «centre-ville», seul le quai de Queen Street a été recommandé par le personnel de la ville.

«Outre le quai Crawford, le quai de Queen Street est le plus central du centre-ville et offrirait aux visiteurs une expérience positive et conviviale. D'autres quais obligeraient les visiteurs à parcourir de plus longues distances jusqu'au centre-ville et / ou à prendre l'autobus pour se rendre au centre-ville.»

Le quai Crawford était le quai du traversier de Wolfe Island, avant que celui-ci ne devienne l’embarcadère du circuit local et des petits navires de croisière.

Le choix du quai de Queen Street a été arbitraire. Cela ne fait que favoriser le «centre-ville», qui intéresse les touristes à bord d'un navire de croisière de luxe.

Le choix du quai de Queen Street donne également sur la congestion de la circulation et le stationnement limité sur Ontario Street (entre la chaussée de La Salle et Johnson Street). Le plan d'eau adjacent à la propriété appartient au gouvernement fédéral et doit être acheté. Le quai appartient à un particulier et n’est pas assez long pour accueillir le navire de croisière MS Hamburg. Et, pour fournir une profondeur adéquate aux plus grands navires de croisière, $500,000 seront consacrés au dragage (à partir de la nouvelle taxe sur le tourisme). Ces taxes sur le tourisme sont collectées dans toute la ville (et pas uniquement auprès des entreprises bénéficiant le plus du centre-ville).

Si certains des touristes de ces plus gros navires de croisière veulent visiter Fort Henry, la tour Murney, la maison Bellevue, le pénitencier de Kingston ou le Musée de la marine des Grands Lacs, n’ont-ils pas besoin de parcourir de plus longues distances ou utiliser un autre moyen de transport?

Le prochain conseil municipal devra décider s’il souhaite lancer un autre projet touristique onéreux pour attirer quelques milliers de passagers en provenance de paquebots de croisière de luxe dans le «centre-ville» de Kingston.

De plus, le prochain conseil municipal doit agir rapidement s'il veut sécuriser son propre navire de guerre canadien, un quai en eau profonde et un nouveau site éventuel pour un musée de la marine, qui attirerait des milliers d'autres touristes (en dehors du centre-ville). Le dernier capitaine et son équipage ont perdu leur brise-glace.
 


Je demanderai aux candidats municipaux: Soutiendriez-vous (ou continueriez-vous de soutenir) le projet touristique de construction d’un quai en eau profonde au quai de Queen Street pour les grands navires de croisière?


Oui : Chris Morris.


Non :   .

Et pouvez-vous soutenir un projet d'acquisition du NCSM Kingston (ou d'un autre navire de classe Kingston) et du site Coal Dock pour le musée de la marine des Grands Lacs (remplaçant ainsi leur navire-musée perdu et leur emplacement à Kingston Dry Dock)?


Oui : Chris Morris.


Non :   .

Les candidats municipaux sont invités à répondre «Oui» ou «Non» aux deux questions.
 




Landlords and Hunger

About 90,000 refugees from Ireland's Great Famine fled to Canada, and about 16,000 of them died on the ships and soon after their arrival in Canada. In the summer of 1847, 1,400 men, women, and children died as a result of typhus and hunger in the fever sheds that had been erected on the shores of Kingston. The Religious Hospitallers of St. Joseph had only arrived in Kingston in 1845; and, the new Hotel Dieu Hospital, (at 231 Brock Street), was still under construction in 1847. On that Christmas eve, 100 orphans were admitted into the hospital but had to sleep in shifts, as there weren't enough beds for all of them to sleep at the same time. By 1849, about half of these orphans were claimed by family members and the most of the others placed with families.


If one asks what caused Ireland's Great Famine, the simple answer is the potato blight, (Phytophthora infestans). That's a scientific answer, but it fails to explain its political causes.


Absentee landlords, who had very little concern with their farming and working-class tenants, in Ireland, had to pay rates, (property taxes), for the tenants with rents of £4 or less. A large number of poor tenants was more costly; and, the easiest solution for landlords was to evict their poorest tenants, and to consolidate small holdings into larger farms. When the potato blight migrated from Mexico, into the United States and Canada, then to Europe, it had a devastating result in Ireland. Tenant farmers, (who grew potatoes to feed their families and to sell), could not feed their families nor pay their rents; and, for an absentee landlord, it made perfect sense to evict these tenants, (which reduced their liability of  paying their rates). Working-class tenants, whose wages were so low that potatoes was their main dietary staple, might not be able to buy more expensive, available foods, (grains, mutton, and dairy products). Three million depended on the potato for their food, (in a population of eight million); and, a million people died from hunger, famine and disease, between 1845 and 1852.


During the height of this Great Famine, (in 1847, when refugees were dying in Kingston), food was also exported from Ireland.


“A wide variety of commodities left Ireland during 1847, including peas, beans, onions, rabbits, salmon, oysters, herring, lard, honey, tongues, animal skins, rags, shoes, soap, glue, and seed. The most shocking export figures concern butter. Butter was shipped in firkins, each one holding 9 imperial gallons; 41 litres. In the first nine months of 1847, 56,557 firkins (509,010 imperial gallons; 2,314,000 litres) were exported from Ireland to Bristol, and 34,852 firkins (313,670 imperial gallons; 1,426,000 litres) were shipped to Liverpool, which correlates with 822,681 imperial gallons (3,739,980 litres) of butter exported to England from Ireland during nine months of the worst year of the Famine. The problem in Ireland was not lack of food, which was plentiful, but the price of it, which was beyond the reach of the poor."


https://en.wikipedia.org/wiki/Great_Famine_(Ireland)#Irish_food_exports_during_Famine


If a landlord in Kingston has a vacant commercial or industrial property, (or two of them), the City offers a Vacancy Tax Rebate of 30% for commercial and 35% for industrial properties. This program was mandated  by the provincial government, until January 1, 2017. In Kingston, $944,444 was rebated in 2015; $930,603 was rebated in 2016; and, $759,249 was rebated in 2017, (after the program could have been eliminated). In 2018, $950,000 has been budgeted by the City of Kingston to continue this program.


How much has the City of Kingston contributed to Loving Spoonful, lately? In 2016, the municipal grant was $20,000; and, as recently as 2017, the City of Kingston provided a grant of $7,500 for Fresh Food Delivery program, (from the $190,000 budgeted in 2017 for the Community Investment Fund).


Many families in Kingston depend on foodbanks, after paying their rent.


Where are the priorities in spending at City Council, (when it comes to landlords and hunger in Kingston)?


I'll ask the municipal candidates: Would you vote to eliminate the Vacancy Tax Rebate program for commercial and industrial property, in 2019?


Yes: Rob Matheson, Chris Morris, Peter Stroud.


No:   .


Would you vote to, (at the very least), double the budget allocated to the Community Investment Fund so as to provide more grants to food security programs, in 2019?


Yes: Rob Matheson, Chris Morris, Peter Stroud.


No:   .



Les Propriétaires et la Faim


Environ 90 000 réfugiés de la grande famine irlandaise ont fui au Canada et environ 16 000 d'entre eux sont morts à bord des navires et peu après leur arrivée au Canada. À l'été de 1847, 1 400 hommes, femmes et enfants moururent des suites du typhus et de la faim dans les hangars anti-fièvre aménagés sur les rives de Kingston. Les religieux hospitaliers de Saint-Joseph n'étaient arrivés à Kingston qu'en 1845; et le nouvel hôpital Hôtel-Dieu (au 231, rue Brock) était encore en construction en 1847. La veille de Noël, 100 orphelins ont été admis à l'hôpital, mais ont dû dormir par roulement, car il n'y avait pas assez de lits pour tous. d'entre eux à dormir en même temps. En 1849, environ la moitié de ces orphelins étaient revendiqués par des membres de la famille et la plupart des autres placés dans des familles.  


Si l'on se demande quelle est la cause de la grande famine d'Irlande, la réponse la plus simple est le mildiou de la pomme de terre (Phytophthora infestans). C'est une réponse scientifique, mais il n'explique pas ses causes politiques.

Les propriétaires absents, qui se préoccupaient très peu de leurs exploitants agricoles et locataires de la classe ouvrière en Irlande, devaient payer des taux (taxes foncières) pour les locataires dont les loyers étaient de £4 ou moins. Un grand nombre de locataires pauvres était plus coûteux; et la solution la plus simple pour les propriétaires consistait à expulser leurs locataires les plus pauvres et à regrouper les petites exploitations dans de plus grandes exploitations. Lorsque le mildiou de la pomme de terre a émigré du Mexique, aux États-Unis et au Canada, puis en Europe, il a eu un résultat dévastateur en Irlande. Les fermiers locataires (qui cultivaient des pommes de terre pour nourrir leur famille et vendre) ne pouvaient nourrir leur famille ni payer leurs loyers; et, pour un propriétaire absent, il était parfaitement logique d'expulser ces locataires (ce qui réduisait leur obligation de payer leurs taux). Les locataires de la classe ouvrière, dont le salaire était si bas que la pomme de terre était leur principal aliment, pourraient ne pas être en mesure d'acheter des aliments plus chers et disponibles (grains, mouton et produits laitiers). Trois millions de personnes dépendaient de la pomme de terre pour se nourrir (sur une population de huit millions); et entre 1845 et 1852, un million de personnes moururent de faim, de famine et de maladies.

Au plus fort de cette grande famine (en 1847, lorsque des réfugiés moururent à Kingston), de la nourriture fut également exportée d'Irlande.

«Une grande variété de produits ont quitté l'Irlande en 1847, notamment des pois, des haricots, des oignons, des lapins, du saumon, des huîtres, du hareng, du saindoux, du miel, des langues, des peaux d'animaux, des chiffons, des chaussures, du savon, de la colle et des graines. Les chiffres d'exportation les plus choquants concernent le beurre. Le beurre était expédié dans des sapins, chacun contenant 9 gallons impériaux; 41 litres. Au cours des neuf premiers mois de 1847, 56,557 firkins (2,914,000 litres) ont été exportés d'Irlande à Bristol et 34,852 (313,670 gallons impériaux; 1,426,000 litres) ont été expédiés à Liverpool, ce qui correspond à 822,661 gallons impériaux (3,739,980 litres) de beurre exporté vers l’Angleterre par l’Irlande pendant neuf mois de la pire année de la famine. Le problème en Irlande n’était pas le manque de nourriture, qui était abondant, mais son prix, qui n’était pas à la portée des pauvres. "

https://en.wikipedia.org/wiki/Great_Famine_(Ireland)#Irish_food_exports_during_Famine (en anglais)


Si un locateur de Kingston a une propriété commerciale ou industrielle vacante (ou deux), la Ville offre un remboursement de la taxe de séjour de 30% pour les propriétés commerciales et de 35%. Ce programme a été mandaté par le gouvernement provincial jusqu'au 1 er janvier 2017. À Kingston, $944,444 ont été remboursés en 2015; $930,603 ont été remboursés en 2016; et $759,249 ont été remboursés en 2017 (après l'élimination du programme). En 2018, la ville de Kingston a prévu $950,000 pour poursuivre ce programme.

Combien la ville de Kingston a-t-elle contribué à Loving Spoonful ces derniers temps? En 2016, la subvention municipale était de $20,000; et aussi récemment qu'en 2017, la ville de Kingston a octroyé une subvention de $7,500 pour le programme de livraison d'aliments frais (sur les $190,000 budgétés en 2017 pour le Fonds d'investissement communautaire).


Beaucoup de familles à Kingston dépendent des banques alimentaires après avoir payé leur loyer.

Où sont les priorités en matière de dépenses au conseil municipal (en ce qui concerne les propriétaires et la faim à Kingston)?

Je demanderai aux candidats municipaux: Voteriez-vous en 2019 pour supprimer le programme de remboursement de la taxe de vacance pour les propriétés commerciales et industrielles?


Oui : Rob Matheson, Chris Morris, Peter Stroud.


Non :   .

Seriez-vous prêt à voter (au moins) pour doubler le budget alloué au Fonds d'investissement communautaire afin de fournir davantage de subventions aux programmes de sécurité alimentaire en 2019?
 


Oui : Rob Matheson, Chris Morris, Peter Stroud.


Non :   .


    


 
Copyright 2018. All rights reserved.
Back to content | Back to main menu